Jeunes Agriculteurs de Corse du Sud

Les JA de Corse du Sud mécontents face à la Politique Agricole Commune



La nouvelle PAC devait être pour le monde agricole insulaire, une nouvelle chance, une franche occasion de développer une agriculture identitaire, riche de filières et de signes de qualité, créatrice d’emplois et de richesses.
 
Malgré les nombreuses promesses de l’état, et ses actes manqués, la profession attend toujours des réponses concrètes  quant à son avenir ; Nous ne tolérons plus les paroles non tenues, les fausses de promesses de l’état, autant d’actes qui démontrent, un manque de respect pour notre profession.
 
Nous attendons des réponses claires et  précises, quant à ce que nous, organisations professionnelles, considérons comme essentielles :
 
-la reconnaissance et l’éligibilité des landes et parcours aux aides de la PAC ; La Corse, de part sa géographie et sa spécificité doit être reconnue à travers ses surfaces emmaquisées. Les exploitants travaillent au quotidien ces terres afin d’en élaborer des productions riches de saveur et de qualité. L’éligibilité de ces surfaces est non négociable, la reconnaissance de cette spécificité est conditionnée à tout vecteur de développement. A ce jour, nous n’avons toujours aucune nouvelle, quant à l’admissibilité de ces surfaces.
 
-la revalorisation de nos DPU (Droit à Paiement Unique ou surface admissible aux aides à l’hectare)  et un profond rééquilibrage des aides du 1er   pilier afin d’être sur le même pied d’égalité que les autres régions apparait comme une chimère. L’état nous avait promis des DPU plus importants, une convergence totale et immédiate. Pour autant, cette année, tous les exploitants ont pu constater une baisse significative des DPU, des ressources moindres pour leurs exploitations, qui en entraveront le développement.
 
La Corse est la région la moins aidée de France, c’est aussi et surement, celle qui concentre le plus de handicaps et pour autant, les agriculteurs, font au quotidien, un travail  de mise en valeur de leur patrimoine agricole avec des productions que l’on nous envie.
 
Les professionnels ne peuvent plus supporter les atermoiements de l’Etat, le mépris de l’Europe,  les belles déclarations non suivies d’effet, le contexte économique difficile fragilise encore plus nos exploitations, avec les pressions constantes exercées notamment par la MSA quant aux cotisations sociales...
 
L’agriculture corse mérite d’être aidée, c’est une cause pour laquelle nous devons tous nous rassembler, c’est la raison pour laquelle, Nous, Jeunes Agriculteurs demandons, aux
Maires de Corse, d’être solidaires, de l’avenir de cette profession, en décalant l’ouverture des bureaux de vote, ce dimanche 25 Mai, d’une heure afin de construire un autre avenir.
 
La jeunesse de cette ile, compte sur vous !