Jeunes Agriculteurs de Corse du Sud

Edito de Marie-Noëlle Culioli, secrétaire générale de JA2A



Que Via Campagnola nous assigne devant le tribunal d'instance ne m'a pas étonnée du tout. Je les connais coutumier du fait car déjà pour les élections de 2006, ils avaient adopté cette stratégie en traînant des agriculteurs, en leur nom propre, devant les tribunaux. Demander la radiation de syndicats connus et reconnus, afin qu'ils ne puissent pas participer aux élections de la chambre, c'est vraiment à leur niveau. Ce sont des procéduriers de première heure, qui en plus se revendiquent nationalistes, mais franchement est ce dans la culture et dans la mentalité des corses ? Mais là, où ils sont tombés bien bas, c'est en impliquant l'ancien président du CDJA2A, qui est dorénavant, et tout le monde le sait leur allié dans cette campagne, afin qu'il produise devant le tribunal une attestation contestant la validité d'un procès verbal, archivé au CDJA2A, d'une assemblée générale réalisée sous sa présidence. En bref, ces mêmes personnes, qui nous attaquent aujourd'hui, admettent qu'à l'époque ils avaient une gestion des plus douteuses de la structure. Depuis que nous avons gagné le CDJA2A en 2011, nous avons impulsé une dynamique, redonnant vie à un syndicat qui était en train de mourir. Et bien sûr, ça ne peut que les déranger, une nouvelle équipe jeune, soudée et déterminée qui a l'ambition de changer les choses ! Via Campagnola n'apporte rien, ils sont systématiquement dans la critique et la contestation. Alors que ce sont eux même qui gèrent la chambre d'agriculture de corse du sud depuis 6 ans maintenant, ils affichent encore et toujours, un comportement d'opposition qui est loin d'être constructif. A contrario, nous, Jeunes Agriculteurs de Corse du Sud, en tant que syndicat, et c'est normal, nous pointons du doigt ce qui ne va pas et nous montons au créneau quand il le faut, mais aussi, nous nous positionnons, et c'est notre politique, avant tout comme force de proposition.