Jeunes Agriculteurs de Corse du Sud

Communiqué en réponse à Mossa Paisana



FDSEA2A et JA2A tiennent par ce communiqué à manifester leur plus grand étonnement quant aux déclarations de MOSSA PAISANA sur la sécheresse 2015 . 
 
En effet , les services de l'état , de même que nos antennes nationales (FNSEA et JA) nous ont informé le 30 juin 2015, que la Corse ne bénéficierait plus de calamité sécheresse dans la limite où cette dernière qui n'est en rien une subvention, et ne peut être attribuée que si elle est motivée par un aléa ponctuel.

Pour la petite histoire, rappelons que cela fait 4 ans consécutifs que la Corse, sur pression des syndicats et des chambres, bénéficie de calamités, ce qui démontre un caractère récurent et non ponctuel. Dès connaissance de cette information, les syndicats légitimes ont travaillé et travaillent encore à la mise en place d'un fonds spécifique pluriannuel dédié aux aléas climatiques pour l'agriculture, qui serait co-financé à part égale entre l'état et la région. Cette proposition a reçu un écueil favorable du cabinet du premier ministre lors de sa venue le 04 juillet 2016 en Corse, sur proposition de la FDSEA et des JA de Corse du Sud. Ce refus n'est donc en rien une surprise dans la limite où il nous a été annoncé il y a plus d'un an, nonobstant qu'il apparaît nécessaire de travailler sur un plan exceptionnel d'investissement de structuration des exploitations, qui tend vers l'autonomie fourragère et l'irrigation. 

Quant au combat syndical, que dire des échecs patents des actions menées par MOSSA PAISANA, qui se sont soldées sur du vent. Rappelons que leur mobilisation à la DDTM, au cours de laquelle ils réclamaient le paiement de l'ICHN 2015, a abouti au néant le plus total et pour cause, ils ont réclamé l'ICHN à un organisme qui ne traite pas le paiement de l'ICHN, cette dernière étant une compétence de la CTC .
Que dire de l'occupation à la MSA où ce fut une première de constater  que des personnes qui se revendiquent comme syndicalistes, contestent une mesure de désendettement social profitable à un millier d'agriculteurs et pour laquelle la profession s'est battue pendant 3 ans pour l'obtenir. Pis encore, ils ont réclamé des mesures au directeur de la MSA dont il faut souligner que ces dernières sont en place depuis 2 ans. Que dire d'un tel niveau d'amateurisme.

Quant au paiement de l'ATR de juillet 2016, est-il utile de préciser que ce dernier avait été l'objet d'une sollicitation des JA2A et JA2B le 11 avril dernier, de même que la convergence a 100% est le fruit d'une réunion à Paris, qui a uni tous les syndicats et les chambres. Le paiement de cet ATR a été accéléré suite aux interventions combinées des présidents de chambre régionale et départementales, et notamment à la rencontre de Stéphane PAQUET avec Stéphane LEFOLL, mi juin 2016. 

Sans avoir un esprit taquin , est-il utile de préciser à ceux qui parlent ici ou là, qu'ils ont porté et portent de lourdes responsabilités en ayant refusé tant le versement de l'ATR2 de décembre 2015, que la participation à la réunion ministérielle concernant la convergence a 100%, qui est une avancée syndicale majeure . 
 
La FDSEA et les JA travaillent de concert au service des agriculteurs de toute la Corse en parfaite entente avec Joseph COLOMBANI, Jean Marc VENTURI et Stéphane PAQUET, pour le bien être de la profession avec des résultats probants : convergence totale et immédiate des DPB à 100%, sécurisation des déclarations de surfaces, reconnaissance des parcours, prise en charge à 90% des travaux d'électrification, mise en place d'un plan spécifique de désendettement social, réactivation des cellules d'urgence et du Fonds d'Allegements de Charges, mise en place d'un répertoire foncier, travaux sur la commercialisation et valorisation des produits fermiers avec les GMS........
 
Le syndicalisme requiert du sérieux et une parfaite connaissance des dossiers pour peu que l'on frappe aux bonnes portes avec une réflexion aboutie sur tous les sujets.
 
Concernant la puliticchella, JA et FDSEA 2A, tout comme les chambres, n'ont nullement le temps d'en faire ; au vu des avancées obtenues, nous sommes au travail et non tournés vers les petits jeux de manipulation et de calomnies. 
 
En conclusion, nous n'avons aucune leçon de syndicalisme et de morale ou d'éthique à recevoir de personnes, qui se sont essayés au syndicalisme et dont chacun tirera les conclusions de leur bilan .